Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Proche-Orient Moyen-Orient infos

La feuille du Collectif nancéien contre la guerre et pour une paix juste et durable au Proche et au Moyen-Orient.

N° 1 ~ Juin 2009 ~ Gratuit et essentiel.

Diplomatie
•••

Barack Obama au Proche et au Moyen-Orient
Lors de sa rencontre avec Benjamin Netanyahou, Premier ministre israélien, début juin, le Président des États-Unis s’est prononcé pour :
— la résolution du conflit israélo-palestinien comme  priorité pour la paix au Proche et au Moyen-Orient ;    
— un État palestinien viable ;
— le gel des colonies.
Lors de sa visite en Égypte, il s’est adressé au monde arabo-musulman en proposant de tourner la page d’un cycle de méfiance et de discorde : « Tant que nos relations seront définies par nos différences, nous donnerons du pouvoir à ceux qui sèment la haine plutôt que la paix. »
Il prône le dialogue avec l’Iran et une dénucléarisation progressive des armements. « Nous sommes désireux d’aller de l’avant sans conditions préalables et sur la base d’un respect mutuel », a-t-il lancé aux dirigeants iraniens.
Alors que la France et Israël réclament des sanctions. […]
[AFP, 4 juin 2009.]

Les mercenaires mettent le cap sur l’Afghanistan
Ils tentent d’être plus discrets et moins meurtriers qu’en Irak. À Kaboul, les mercenaires étrangers ne tirent pas de rafales aux carrefours et des lois tentent de les forcer à coopérer avec des sociétés afghanes. Mais, avec l’amélioration de la situation en Irak et depuis que Barack Obama a annoncé que l’Afghanistan et le Pakistan étaient le « front central » de la guerre contre Al-Qaida, ils arrivent. […]
[Rémy Ourdan,     
Le Monde, 11 juin 2009.]
Israël : Netanyahu pressé par sa droite
de dire non
à un État palestinien
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou était jeudi soumis à des pressions des durs de la droite, avant son discours très attendu dimanche, pour dire « non » à un État palestinien, au risque d’une crise ouverte avec le président américain Barack Obama.
Jusqu’à présent, M. Netanyahou a refusé de se prononcer en faveur d’un État palestinien et rejeté un gel de la construction dans les colonies de Cisjordanie où vivent quelque 300 000 Israéliens. […]
[AFP, 11 juin 2009.]

Ministres arabes des affaires étrangères :  réunion le 17 juin
Les ministres arabes des Affaires étrangères tiendront le 17 juin une réunion extraordinaire destinée à l’examen des efforts de relance du processus de paix au Moyen-Orient et les démarches à entreprendre après le discours du président américain Barack Obama, a annoncé hier une source responsable à la Ligue arabe. Le discours du président Obama adressé jeudi dernier depuis le Caire au monde arabo-musulman « reflète une nouvelle politique américaine à l’égard des questions du Moyen-Orient », a précisé la même source. […]
[El Moudjahid, 8 juin 2009.]

Au pied du mur
•••

Les « jeunes des collines » poussent les feux de la colonisation en Cisjordanie
À l’est de Ramallah, à un bon kilomètre d’une colonie, les « jeunes des collines », des fanatiques de l’occupation du terrain  rêvent de prendre pied dans toute la Cisjordanie, pour créer Eretz Israël : « Le véritable ennemi, ce n’est pas Obama, ce sont les Arabes, il faut les expulser d’ici. Ils n’auront pas un morceau de cette terre », dit  Emouna, 18 ans… fer de lance des colons. […]
[Michel Bôle-Richard,
Le Monde, 8 juin 2009.]

Cisjordanie : les colonies illégales mettent les Palestiniens à rude épreuve
La violence des colons et les importantes restrictions de mouvement pèsent lourdement sur la vie de tous les jours des Palestiniens du sud de la Cisjordanie occupée et des habitants de la vieille ville d’Hébron en particulier. Chef du bureau du CICR à Hébron depuis septembre 2007, Matteo Benatti fait le point sur la situation. [EXTRAIT.]
Quels sont les problèmes auxquels les Palestiniens doivent faire face ?
Matteo Benatti : « Pour s’approvisionner en nourriture, par exemple, des centaines de familles palestiniennes doivent franchir des points de contrôle, où elles subissent fréquemment des actes d’intimidation de la part des colons. Les femmes sont tout particulièrement vulnérables à cette forme de harcèlement, d’autant plus que les Palestiniens n’ont pas le droit d’utiliser leurs voitures sur beaucoup de ces parcours, ce qui oblige les femmes à passer les points de contrôle à pied. En raison des fermetures de routes, des personnes âgées se voient obligées de porter des sacs remplis de provisions sur de très longues distances.
Il arrive aussi que des ambulances emmenant en urgence des patients palestiniens vers des hôpitaux soient longuement retenues aux “checkpoints”. Les familles sont ainsi parfois obligées de transporter leurs proches malades sur des civières, ou d’avoir recours à des ânes, pour les amener jusqu’à un endroit où les attend une ambulance.
Les restrictions de mouvement et la violence des colons sont quasiment venues à bout de la vie économique de la vieille ville. Certains commerçants ont même reçu l’ordre de l’armée de fermer boutique. D’autres ont perdu leurs clients, car les Palestiniens redoutent de s’approcher de trop près des colonies juives. La pauvreté est galopante. Selon une étude menée par le CICR l’été dernier auprès des foyers habitant la zone soumise aux restrictions, 86 % des familles vivent dans des conditions de pauvreté relative, ne disposant que de 97 dollars US par personne et par mois pour se nourrir, s’habiller et subvenir à d’autres frais de subsistance.
La plupart des Palestiniens habitant la vieille ville ont dû installer des treillis de protection devant leurs fenêtres, qu’ils maintiennent fermées en permanence, pour éviter les jets de pierres, de légumes pourris ou encore d’urine. Pour les enfants, le seul fait de se rendre à l’école peut être une aventure traumatisante compte tenu des menaces que leur adressent les colons ou des pierres qu’ils leur jettent. Vivre dans cette atmosphère de tensions permanentes est une expérience épuisante pour les familles. » […]
[CICR.org, 10 juin 2009.]

Analyse
•••

Les Palestiniens d’Israël, otages de l’extrême droite
À la fin mars, le dirigeant d’extrême droite Avigdor Lieberman a accédé aux postes de vice-Premier ministre et de ministre des Affaires étrangères d’Israël. Lorsque Jörg Haider et ses amis du Parti libéral (FPÖ) entrèrent, en 2000, dans le gouvernement autrichien, l’Europe protesta quasi unanimement. Ce que, curieusement, elle n’a pas fait cette fois. Pourtant, conformément à la ligne de son parti, Israël Beitenou (« Israël, notre maison »), le leader d’origine russe a multiplié, tout au long de la campagne électorale, les déclarations racistes envers les Palestiniens d’Israël. On aura surtout retenu, en Occident, les premières déclarations du nouveau chef de la diplomatie jetant aux orties tous les accords signés précédemment par son pays, y compris la conférence purement médiatique d’Annapolis. De fait, elles ont provoqué un premier clash avec l’administration de M. Barack Obama, en quête de détente au Proche-Orient. Mais, en matière de politique intérieure, la remise en cause par M. Lieberman de la citoyenneté des Palestiniens d’Israël et sa proposition de les « transférer » à terme risquent d’alimenter d’autres clashs, sanglants ceux-là, entre citoyens juifs et arabes. […]
[Joseph Algazy et Dominique Vidal,
Le Monde diplomatique, mai 2009.]

Conseils de lecture
•••

• L’intruse (tome 1)
• Les Palestiniens,
peuple invisible (tome 2)
Deux bandes dessinées créées par Roannie et Oko. La narratrice raconte sa découverte de la vie quotidienne des Palestiniens. (Vertige Graphic.)

• Ici à Jérusalem
De Guillaume Nicolas-Brion et Julien Boudisseau (journalistes). Des brèves qui peignent le quotidien à Jérusalem et Bethléem. (Alphée / Jean-Paul Bertrand.)

• Comment le peuple juif fut inventé
De Shlomo Sand, historien israélien (université de Tel-Aviv). Les habitants de la Judée furent-ils exilés après la destruction du second Temple, en 70 de l’ère chrétienne, ou bien s’agit-il d’un mythe ? Que cache aujourd’hui le concept d’« État juif » ? Bonne question... À lire sans modération. (Fayard.)

Agir
•••

Que faire ?
• Participer à des manifestations de solidarité avec le peuple palestinien.
• Signer des pétitions.
• Participer à des conférences débats.
• Interpeller les élus, par courrier, par Internet, à leur permanence...
• Faire des dons (par exemple à l’Association France Palestine Solidarité, qui dispose de relais sur place).
• Agir pour la libération de Salah Hamouri (Comité de soutien à Salah Hamouri, 33, rue Ludovic-Beauchet, 54000 Nancy) et des 11 000 autres prisonniers retenus arbitrairement.
• Partir en mission dans le cadre de la Campagne civile internationale pour la protection du peuple palestinien (CCIPPP).
Les missions organisées par la CCIPPP contribuent à briser l’isolement de la population palestinienne et permettent de témoigner de ses conditions de vie sous la colonisation israélienne. Depuis juin 2001, 141 missions ont été organisées. (www.protection-palestine.org)
• Participer au projet « Tous Témoins, Tous Acteurs », organisé par Génération Palestine. Il permet chaque été à plusieurs centaines de jeunes Français et Européens d’aller à la rencontre de la Palestine, pour découvrir, comprendre et agir... (www.generation-palestine.org)

Pour en savoir plus
•••

Quelques résolutions votées par les Nations-Unies. Sans effets.
• Résolution 1322 (7 octobre 2000) : condamne la violence israélienne et la provocation de Sharon.
• Résolution 3236 (22 novembre 1974) : demande le droit au retour pour les réfugiés, et affirme le droit des Palestiniens à l’autodétermination.
• Résolution 338 (22 octobre 1973) : appelle au cessez-le-feu et au respect de la résolution 242.
• Résolution 242 (22 novembre 1967) : demande le retrait d’Israël des territoires occupés.
• Résolution 194 (11 décembre 1948) : demande le droit au retour pour les réfugiés.
• Résolution 181 (29 novembre 1947) : demande le partage de la Palestine.


• Pour contacter le Collectif nancéien contre la guerre et pour une paix juste et durable
au Proche et au Moyen-Orient,
vous pouvez
— envoyer un mail à :
nonalaguerre@yahoogroupes.fr
— ou téléphoner
au 06 88 82 18 91.

• Pour consulter le blog
du Collectif, rendez-vous
au bout du lien suivant :
http://collectif54contrelaguerre.over-blog.com/
Tag(s) : #Proche-Orient, #Moyen-Orient, #Nancy