Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai été très surpris par votre article sur le MRAP et l'islamophobie, car j'attendais d'un quotidien de référence qu'il sache aller au-delà des critiques de certains pour aborder le fond des problèmes.

Le racisme est la discrimination, la haine de personnes à cause de leur appartenance ou non appartenance à une "race", une ethnie, une religion, une culture, une nation.

La définition légale des discriminations raciales condamnées par la loi est pratiquement la même que celle de ce que combat le MRAP. Les discriminations, appels à la haine, fondées sur la religion sont aussi condamnables que celles fondées sur la couleur de la peau, etc..

La plus connue des discriminations fondées sur la religion est l'antisémitisme. Comme le MRAP lutte contre le racisme sous toutes ses formes, il était logique qu'il lutte aussi contre le racisme dont sont victimes les musulmans. Ce racisme existe, il suffit de lire et d'écouter notamment Philippe de Villiers pour s'en convaincre. Le terme islamophobie a été créé pour définir cette forme de racisme, comme le terme antisémitisme créé (par les racistes d'ailleurs) pour désigner le racisme anti-juif. Si certains préfèrent parler de racisme anti-musulman plutôt que d'islamophobie, c'est accessoire, l'essentiel est de ne pas nier le phénomène, au delà des querelles sémantiques.

Quand le dernier rapport de la CNCDDH constate, sondage CSA à l'appui que les Français estiment à 63 % que les musulmans forment un groupe à part dans la société (35 % pensent la même chose des juifs, et 84 % des tsiganes!! ), que 85 % pensent que les juifs sont des Français comme les autres (les 15 % qui pensent autrement sont encore 15 % de trop) mais seulement 66 % pour les musulmans (donc 34 % qui pensent que ce ne sont pas des Français comme les autres), comment peut-on nier qu'il existe un racisme anti-musulman ?? Comment peut-on nier qu'il est au moins aussi important que l'antisémitisme ??

Celles et ceux qui critiquent la notion d'islamophobie au nom du principe d'universalité devraient aussi, au nom de ce même principe, critiquer les notions d'antisémitisme, de racisme anti-noir ou anti-gitan, etc..

Devrait-on, au nom de ce même principe d'universalité ne pas critiquer le racisme anti-chrétien du BJP en Inde ? Doit-on se contenter de critiquer un racisme théorique et refuser d'en critiquer des formes précises ? Doit-on mettre des limites à l'antiracisme dès lors que les victimes du racisme le sont à cause de leur religion d'origine, quelles que soient pas ailleurs leurs pratiques et leurs convictions ? Dans ce cas, il ne faudrait plus lutter contre l'antisémitisme, car il n'y a pas plus de race juive qu'il n'y a de race musulmane.

Libre à chacun par ailleurs de critiquer ou de défendre une religion, de les critiquer toutes si ça lui plait. C'est un autre problème et ça ne concerne pas le MRAP. Le MRAP doit par contre être vigilant et condamner tous ceux pour qui la critique d'une religion sert d'alibi au racisme. Il y a un siècle, les antisémites théorisaient sur le Talmud pour justifier leur racisme, nous devons donc avoir la même vigilance à l'égard de ceux qui théorisent sur le Coran dans le même but.

Le MRAP est un mouvement laïque, c'est-à-dire indépendant des religions, attaché à la laïcité de la République et de son enseignement. La laïcité c'est l'indépendance vis-à- vis des religions, ce ne doit pas être la religion de ceux qui n'en ont pas. Personne au MRAP n'a le monopole de la laïcité et les procès d'intention ne sont pas de mise. Les militants croyants ou non, de toute croyance ou toute incroyance doivent être respectés.

C'est à l'honneur de militants du MRAP d'avoir accueilli des victimes du terrorisme en Algérie. Mais ils ne doivent pas oublier que les généraux algériens ne sont pas tous des anges et qu'il n'ont pas aboli le très réactionnaire code de la famille.

C'est vrai que l'UOIF est une organisation conservatrice, voire réactionnaire, mais quand elle accepte de défiler avec d'autres contre tous les racismes et l'homophobie, pourquoi l'exclure ??

D'autres critiques des positions de Mouloud Aounit sont aussi tendancieuses : la demande libération de Papon était une erreur, il s'en est excusé, mais la même demande avait été faite par Robert Badinter au nom du même principe "pas de vieillards en prison" et personne ne lui a fait de procès d'intention.

Le MRAP n'a jamais dit que les élèves voilées avaient raison de se voiler, il a simplement estimé que les exclure de l'école laïque était contre-productif et contraire à la recherche de l'intégration républicaine. Certains partisans de l'exclusion au nom des valeurs laïques proposent maintenant de les scolariser dans des établissements privés ad hoc, subventionnés bien sûr !! Pas très cohérent pour des militants laïques !!

Le MRAP n'a pas protesté contre "les" caricatures danoises, mais contre une seule, jugée raciste (Mahomet avec le turban-bombe) car elle propage d'idée "villieriste" que tous les musulmans sont des terroristes. Il faut que cela soit dit.

Le MRAP n'a jamais relativisé l'antisémitisme quand il est le fait de gens par ailleurs victimes d'autres formes de racisme. Il a simplement refusé toute généralisation et toute stigmatisation. Que dit-on de ceux qui sous prétexte de lutter contre d'autres formes de délinquance, passent leur temps à dénoncer les membres de tel ou tel groupe ? Que ce sont des racistes !! Le MRAP ne veut donc pas tomber dans le travers de ceux qui passent très rapidement de la dénonciation de l'antisémitisme dans les banlieues à celles de leurs habitants.

Les accusations de complaisance envers l'antisémitisme sont donc diffamatoires.

J'aurais aimé lire dans le Monde une véritable étude de fond plutôt qu'une version papier d'un talk-show, avec récolement (d'ailleurs non équilibré) des opinions des uns et des autres.

Meilleurs sentiments.
Tag(s) : #MRAP