Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le courage de dire non


Le 18 mai 2007, sept historiens et un démographe démissionnaient des instances officielles de la future Cité nationale pour l’histoire de l’immigration, dont le projet avait été décidé au lendemain des élections présidentielles de 2002 qui avaient vu le rejet massif des thèses lepénistes, xénophobes et racistes.

Ces personnalités scientifiques ont expliqué leur geste par la décision du président Sarkozy d’installer un ministère de l’immigration et de l’identité nationale  « Il n'est pas dans le rôle d'un  État démocratique de définir l'identité. Associer « immigration » et  « identité nationale » dans un ministère n'a jamais eu de précédent dans notre République, c'est, par un acte fondateur de cette présidence, inscrire l'immigration comme « problème » pour la France et les Français dans leur être même.

Ce rapprochement s'inscrit dans la trame d'un discours stigmatisant l'immigration et dans la tradition d'un nationalisme fondé sur la méfiance et l'hostilité aux étrangers, dans les moments de crise. Là où  le pari de la Cité nationale pour l’histoire de l’immigration  était celui du rassemblement tourné vers l'avenir,  autour d'une histoire commune que tous étaient  susceptibles de  s'approprier, ce ministère menace au contraire d'installer la division  et une polarisation dont l'histoire a montré les ravages. »

Le Mrap salue le geste courageux de ces scientifiques refusant de cautionner la vision gouvernementale de l’immigration et partage pleinement leur analyse des dangers portés par un tel ministère qui tourne le dos aux objectifs de la Cité, objectifs qui sont ceux-là mêmes que le Mrap a toujours défendus : « Ce lieu entend changer le regard de nos  contemporains sur leur société en rappelant comment, depuis deux siècles, les étrangers, venus par vagues successives, ont contribué à développer, transformer et à enrichir la France. Rendre compte de la diversité des histoires et des mémoires individuelles et collectives, en faire l'histoire de tous, avec ses moments glorieux et ses zones d'ombre, aider ainsi au dépassement des préjugés et des stéréotypes, tels sont les enjeux qui nous ont mobilisés autour de ce projet. »

Le gouvernement tente aujourd’hui de faire revenir sur leur démission ces huit personnalités connues et respectées internationalement. Gérard Noiriel a indiqué qu’à moins de renoncer à l’intitulé du ministère, il ne voyait pas la nécessité d’une rencontre avec le ministre.

Le Mrap apporte son soutien aux huit scientifiques démissionnaires et appelle chacun, dans sa sphère d’activité, dans son quartier, dans son école ou son université, à la même vigilance, au même refus de cautionner des mesures racistes et xénophobes. Le Mrap se souvient des heures sombres de notre histoire pendant lesquelles le déshonneur et la passivité d’un grand nombre de nos concitoyens ont heureusement été combattus par ceux qui ont su dire : Non !


Paris, le 22 mai 2007

--
Message transmis
Secrétariat de Direction
Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples
43 bd Magenta - 75010 Paris
Tag(s) : #Immigrés et étrangers, #MRAP