Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monsieur Philipe Douste-Blazy

Ministre des Affaires étrangères

37, Quai d’Orsay

75007 Paris




Monsieur le Ministre,


Vous avez déclaré, jeudi 19 octobre sur TFJ avoir « beaucoup évolué sur la question du mur de séparation » construit par l’Etat israélien et précisé que vous n’aviez « plus le droit » de penser que ce mur en faveur duquel vous vous prononcez vous « posait problème », « éthiquement et moralement ».

Comment le ministre des Affaires Etrangères de la France que vous êtes peut-il prendre position contre le droit international, pourtant clairement énoncé par la Cour Internationale de Justice de La Haye, le 9 juillet 2004 ?

Faut-il vous rappeler que la Cour « juge la construction du mur et le régime qui lui est associé (…) contraires au droit international » et qu’elle affirme que les Etats ne doivent ni accepter ni soutenir cette situation ? Voudriez-vous mettre la France hors la loi, au ban des nations démocratiques ?

Faut-il vous rappeler que l’Assemblée Générale des Nations-Unies a exigé que l’Etat israélien, non seulement arrête cette construction, mais détruise la partie construite, remette en état et restitue les terres volées ?

Vous ne pouvez ignorer que ce mur illégal est un mur d’annexion, construit majoritairement sur les terres palestiniennes, un mur de la honte qui sépare les Palestiniens des Palestiniens, les malades des hôpitaux, les enfants de leurs écoles, les agriculteurs de leurs terres et de leurs puits…, et un outil de destruction des cultures, des maisons, de centaines de milliers d’arbres fruitiers, …

Vous ne pouvez ignorer non plus qu’en ce moment de nombreux fermiers sont empêchés d’accéder à leurs oliveraies par le mur, les colons, les barrages, alors que cette récolte des olives constitue leur unique moyen de survie dans une économie ravagée par l’occupation israélienne et l’arrêt de l’aide internationale.

Non seulement ce mur est illégal mais il est le plus sûr facteur de haine et de violence puisqu’il détruit toute perspective de vie et accule des familles entières au désespoir.

Non seulement vos propos sont indignes d’un ministre des Affaires étrangères de la France mais ils constituent une insulte pour une population martyrisée par une occupation féroce et qui croyait la France pays des Droits de l’Homme.

Citoyenne attachée aux valeurs de la république et du droit international dont vos hautes fonctions vous font le garant, profondément scandalisée par vos déclarations, je vous demande, Monsieur le Ministre, non seulement de les retirer, mais aussi d’exprimer publiquement vos regrets au peuple palestinien.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, mes salutations citoyennes.

Cette page a été mise à jour le 07 nov. 2006 .

Contacter le collectif.

Tag(s) : #Palestine, #Israël