Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plein de zèle, le ministre « de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du développement solidaire », Brice Hortefeux, annonce aujourd’hui son immense satisfaction d’avoir fait « expulser » de France pendant l’année écoulée  29. 796 étrangers en situation irrégulière. Il dépasse ainsi haut-la-main l’objectif d’ « au moins 25.000 » reconduites à la frontière d’étrangers, annoncé par le Premier Ministre en janvier 2008, conformément aux vœux du Président de la République Nicolas Sarkozy.

 

C’est donc à des chiffres que se trouve ainsi réduite la réalité d’une véritable chasse à l’homme engendrée par cette politique inhumaine : rafles de rue, arrestations à domicile, enfants traqués jusque dans les écoles, révoltes dans les Centres de rétention donnant lieu à plusieurs incendies en 2008, expulsions musclées de sans papiers entravés et violentés, poursuites croissantes pour délit de solidarité à l’encontre de citoyens révoltés et même de professeurs universitaires de philosophie débarqués et/ou interpellés alors qu’ils se rendaient à un récent congrès en Afrique… Telle est ,donc la mesure du désespoir de populations qui ne reçoivent même pas du « pays des droits de l’homme » un minimum de considération humanitaire.

 

Si l’on peut se féliciter de la solidarité internationale face à une crise financière qui risque de reproduire les ravages sociaux des années « Trente », ce ne sont pas seulement les institutions financières qu’il faut sauver !  L’année 2009 s’ouvre sur des perspectives aggravées, en matière de pauvreté et de faim, dans un monde plus que jamais affligé de conflits meurtriers et de menaces graves de catastrophes naturelles (réchauffement de la planète, sécheresse, etc.).

 

C’est une autre politique qu’il est urgent de promouvoir dans le cadre global d’accords de coopération et de développement entre, d’une part, la France et l’Union Européenne et, d’autre part, les pays d’origine des migrants. Les pistes d’autres politiques sont largement connues : relations entre Etats plus équilibrées et plus solidaires, reconnaissance accrue des migrants comme acteurs fondamentaux du co-développement,  mobilité et libre circulation facilitées entre pays d’origine et d’immigration, lutte contre d’insupportables inégalités tant en Europe que dans les pays d’origine… Il est indispensable de s’atteler à cette tâche sans attendre.

 

Le MRAP, qui s’indigne des résultats dont s’enorgueillit M. Hortefeux, appelle avec force la France et l’Union Européenne à ratifier enfin la « Convention internationale sur les droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies le 18 décembre 1990 dans sa résolution 45/158 ».

 

Il réclame du gouvernement la mise en place dans les meilleurs délais d’une instance chargée d’instruire des propositions d’autre politique d’immigration et de co-développement, qui tienne compte des réalités des migrants et des réfugiés – dont le nombre ne saurait que croître - cherchant à fuir au péril de leur vie des situations tragiques et insupportables.

 

Le MRAP, enfin,  réclame que soit supprimée de l’intitulé et des prérogatives du ministère de l’immigration, la notion d’« identité nationale », contraire à l’universalité des droits et lourde de rejets et discriminations.

 

Paris, le 13 janvier 2009
Tag(s) : #Immigrés et étrangers, #MRAP