Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un an après le décès de Lamine dans un fourgon de police, le MRAP exige que toute la vérité soit faite sur cette mort suspecte.


Le 17 juin 2007, Lamine DIENG, jeune de 25 ans, habitant le quartier des Amandiers (Paris 20e) a trouvé la mort dans un fourgon de police à la suite de son interpellation, alors qu’il était menotté. La famille a déposé une plainte avec constitution de partie civile le 22 juin 2007.

Le MRAP s’étonne de l’absence d’informations après un an d’attente.

Pour le MRAP, la gestion de l’affaire Dieng est un révélateur d’une réalité tenace : la lenteur et le piétinement de l’instruction presque systématique - si ce n’est pas de l’ensemble de la procédure - lorsque sont mis en cause des policiers ou des gendarmes dans les affaires de violences et de bavures. Les faits suivants viennent confirmer cette inquiétante réalité :

Abou Bakari Tandia à Courbevoie, Bouna et Zyed à Clichy-sous-Bois, Mohamed Elmi Abdi à Lyon, Joseph Randolph à Paris, Moushin et Larami à Villiers-le-Bel , Reda Semoudi à Noisy-le-Sec, Baba Traoré à Joinville-le-Pont,  Abdelhakim Ajimi à Grasse, Joseph Guerdner à Draguignan…

Elles restent toujours en suspens, l’instruction piétinant, ou même le juge d’instruction n’étant toujours pas nommé.

Continuer dans cette voie ne peut qu’amplifier le sentiment qu’a cette jeunesse d’une justice qui ne serait pas impartiale, et creuser un fossé entre la police et cette jeunesse qui vit la stigmatisation et les discriminations au quotidien.

Le MRAP exige que la justice mette tout en œuvre, rapidement, pour faire connaître la vérité sur la mort de Lamine Dieng, Abou Bakari Tandia, Bouna et Zyed, Mohamed Elmi Abdi, Joseph Randolph, Moushin et Larami , Reda Semoudi, Baba Traoré, Abdelhakim Ajimi, Joseph Guerdner…

 

Paris, le 11 juin 2008.
Tag(s) : #Quartiers populaires, #MRAP, #Police, #Justice