Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Fcpe demande l’“arrêt de la mise en oeuvre de base élèves”

 
Réunie à Epinal pour son congrès annuel du 10 au 12 mai 2008, la Fédération des conseils de parents d’élèves a adopté la motion suivante.

Motion adoptée

Arrêt de la mise en oeuvre de base élèves

Présenté comme un simple outil de gestion et généralisé à la rentrée 2008 sans débat démocratique, le fichier base élèves peut s’avérer dangereux sur son utilisation.

Nous refusons qu’il soit :

  • un fichier national et partageable de données sur les élèves, ce qui représente une atteinte grave à la vie privée des enfants et de leurs parents ;
  • un outil pour justifier des restrictions budgétaires (fermeture de classes, baisse de moyens) ;
  • un instrument pour les maires et d’autres institutions (justice, police…), de contrôle social et de répression dans le cadre de la loi de prévention de la délinquance de mars 2007 et du décret d’application de février 2008.

Malgré les mesures annoncées par le ministère, il est clair qu’aucune maîtrise absolue de la sécurisation d’un fichier centralisé ne pourra jamais être garantie.

« Base-élèves » a été mis en place sans que les premiers concernés, les parents en soient informés.

C’est pourquoi la FCPE réunie en congrès à Epinal demande l’arrêt de l’expérimentation de Base-élèves et un réexamen du fichier SCONET dans le second degré car celui-ci a profondément évolué et la loi relative à la prévention de la délinquance en font un outil que nous considérons dangereux, comme les dispositifs concernant la suspension des allocations familiales.

La FCPE exige l’ouverture d’un débat public sur tous les fichiers, centralisés ou non, sur les enfants et les jeunes :

  • pour une maîtrise collective et une utilisation éthique des systèmes informatisés ;
  • sur les contenus des fichiers déjà en place ;
  • sur l’utilisation des données ;
  • sur la sécurisation des données.

                                                                                                                                                              Epinal, le 12 mars 2008-

 

 

MESSAGE DU MRAP AU CONGRES FCPE

 

Des 10/11/12 mai 2008

A l’occasion de votre congrès 2008, le MRAP  tient à vous exprimer nos convergences pour une société et un système éducatif plus justes favorisant la réussite de tous.

Le MRAP réfute le passage d’une politique de prévention à une politique exclusivement répressive qui trouve ses fondements dans une idéologie qui transforme les valeurs de la république puisque l’exclusion devient une valeur fondamentale. Dans un tel contexte les discriminations dans tous les domaines, économique, social, éducatif et culturel, ne peuvent que s’accentuer.

Pour exclure efficacement il faut évaluer donc trier, pour trier il faut ficher.

La multiplication  des fichages est symptomatique de cette  politique répressive.

Ficher les enfants et leur famille, les étrangers, mais aussi les pauvres, les tout jeunes, les moins jeunes…..C’est ce que tentent  de mettre en place « base élèves » qui vise à recenser tous les élèves dont les élèves d’origine étrangère, sous couvert d’un meilleur suivi des enfants, l’inscription au brevet des collèges  qui distingue les candidats « français » et « étrangers », la carte d’identité exigée illégalement comme à Nice pour l’inscription des enfants à l’école, la loi de prévention de la délinquance avec son  décret du 14 février 2008, qui permet aux maires d’ établir un recensement des enfants soumis à l’obligation scolaire et à repérer leur absentéisme, à donner des avertissements et des sanctions éventuelles aux parents, à quoi s’ajoute le marquage génétique avec l’ADN, la biométrie….. la mise en place d’Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs, accompagné d’un projet d’abaissement de la majorité pénale de 18 à 16ans.

La répression, sous le masque de la « paix sociale »,  n’apprend pas la vie elle n’apprend que la haine de soi et de l’autre.

Enfin la suppression de la carte scolaire, premier pas vers une remise en cause du service national d’éducation accélère le mouvement de ségrégation et de concentration de la pauvreté et multiplie les discriminations et exclusions.

Le MRAP s’oppose à tous ces fichages et appelle tous les acteurs de la vie démocratique à se mobiliser contre toutes les formes de racisme et de discriminations.

Les nouveaux programmes ainsi que l’importance donner à l’évaluation  suscitent interrogations et inquiétude. Peut-on mieux faire réussir les élèves en les faisant moins penser ?

Le MRAP est aux côtés de tous les membres de la communauté scolaire et éducative, pour lutter contre toutes les décisions qui accentuent les discriminations et tout particulièrement celles qui touchent les jeunes.

Le MRAP soutient tout travail sur les mémoires, toutes les mémoires afin que chacun participe collectivement à la compréhension de l’histoire collective faite de déchirures, d’exploitations, de misères, de reculs, mais aussi de luttes et de solidarités.

Le MRAP qui ne peut pas être présent parmi vous, vous souhaite un congrès fructueux et constructif dans cette période difficile de « déconstruction ».

MRAP.
Tag(s) : #Libertés, #Éducation, #MRAP