Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Exposé des motifs :
Le terme « racisme antiblanc » auquel le dernier congrès majoritairement avait donné un contour précis en le définissant comme un avatar minoritaire, restait imprécis. Il a entretenu des confusions dans le mouvement, des étonnements sincères, mais aussi des procès d'intention.
il convient donc de préciser dans une motion soumise à vos votes  qu'il n'y a pas de racisme anti-blanc systémique  comparable à ce que vivent les populations noires, arabes, rroms ou  musulmanes
Les blancs ne sont pas discriminés ou très marginalement, ce que le MRAP a toujours dit,
Mais tout individu quelle que soit sa couleur de peau peut être victime d'actes racistes  et la loi est là pour sanctionner ces actes,
D'où notre attachement à la lutte contre tous les mots, écrits et  actes racistes.
Cependant si le racisme antiblanc systémique n'existe pas, faire des actes racistes une spécificité de blancs "dominants" est une absurdité théorique que le MRAP ne saurait faire sienne.
Le MRAP doit combattre les idées raciales, d'où qu'elles viennent, qui s'inscrivent dans la notion de lutte de race ou de guerre des races, tel qu'on peut le constater à l'extrême-droite ou dans certains cercles se prétendant représentants des "dominés".
La présente motion récuse aussi les affirmations énoncées dans le texte signé par quelques militants du MRAP, selon eux :
- Le racisme,selon leurs termes, ne pourrait être qu'institutionnel, systémique et structurel et inscrit dans un rapport de domination,
Ce qui conduit ces adhérents, à considérer un acte raciste commis pas un « dominé » supposé  contre un "dominant" supposé,  ou encore contre un autre "dominé",  comme un simple "fait divers" « réactionnel »,  qui ne relèverait pas du racisme .
C'est là, la négation de 60 ans d'existence » du MRAP qui a toujours lutté contre tous les racismes. C'est une réécriture de type raciale de la lutte antiraciste.
C'est la négation de notre combat pour que la France se dote d'une loi antiraciste réprimant le racisme.
Rappelons-le : la loi de 1972 pour laquelle nous nous sommes battus , condamne tous les actes racistes, ce n'est pas une loi qui s'applique à la carte des origines réelles ou supposées. Elle n'exclue de son champ d'intervention aucune victime et aucun coupable d'acte raciste.
Enfin ; les deniers mois ont vu des organisations religieuses ou politico-religieuses se réclamant de la lutte contre l'islamophobie militer aux côtés d'autres organisations réactionnaires contre le droit des homosexuels , le mariage homosexuel, les ABCD de l'égalité ou encore participer aux actions des secteurs pro-vie contre le droit des femmes.
Le racisme s'intègre aujourd'hui dans une attaque frontale contre l'égalité des individus.
La présente motion entend rappeler notre attachement à la lutte contre toutes les discriminations raciales, sexistes, homophobes.
La lutte contre l'islamophobie et le racisme est ainsi un enjeu trop important pour la laisser dévoyée par des secteurs homophobes qui prétendent défendre les victimes du racisme et les musulmans tout en participant aux campagnes contre l'égalité des droits pour les homosexuels.
De nombreux intellectuels se lèvent aujourd'hui pour affirmer le refus de toute discrimination et l'égalité des individus quelle que soit leur origine réelle ou supposée, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur religion.
La présente motion s'inscrit dans ce combat.
Motion
MOTION  : Lutter contre tous les racismes et préserver les fondamentaux du MRAP
Le MRAP considère qu'il n'y a pas de racisme antiblanc systémique. Le racisme de masse inscrit dans des pratiques discriminatoires ne vise pas les blancs ou très marginalement.
Le racisme, les discriminations, frappent principalement les populations post-coloniales, les Rroms, les juifs ou les musulmans.
Mais le MRAP récuse toute réécriture des actes racistes selon la  seule grille de lecture dominants-dominés supposés, telle que la formulent certains membres du MRAP.
Le MRAP refuse l'affirmation selon laquelle un acte raciste commis par un "dominé" supposé, ne serait qu'un simple "fait divers" "réactionnel"  et non raciste devant donc  échapper aux lois antiracistes.
Tous  les actes racistes qui visent des personnes selon leur couleur de peau, selon leur religion ou leurs origines réelles ou supposées,  doivent rencontrer la même sanction de la loi.
La loi de 1972 pour laquelle le MRAP s'est battu, n'est pas une loi qui s'applique à la carte d'un statut supposé de "dominant" ou de "dominé" des victimes ou de leurs agresseurs.
Le MRAP condamne aussi toute théorisation de lutte de races, de guerre de races et toute assignation identitaire raciale d'où qu'elles viennent.
Enfin à l 'heure ou l'attaque réactionnaire est frontale raciste, homophobe, sexiste le MRAP, affirme que le combat antiraciste est incompatible avec la négation de l'égalité des droits pour les homosexuels ou de  la femme.
Le MRAP ne peut donc reconnaître comme partenaires crédibles de  la lutte antiraciste tous ceux qui combattent l' égalité des droits des homosexuels ou des femmes .
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
>> MOTION 1
>>
>> Le comité local d'Albi réuni le 12 février 2014 estime qu'il n'est pas
pertinent, voire dangereux,de catégoriser une forme de racisme— en
l'occurence le "racisme anti-blanc". Il rappelle que toute les formes de
racisme, quelles qu'elles soient, tombent sous le coup de la loi.
>> Il demande la suppression du passage du texte d'orientation faisant état
d'un "racisme anti-blanc" après discussion à la prochaine Assemblée
générale.
>>
>> MOTION 2
>> Considérant que la solution du problème palestinien par la création de
deux états apparaît de moins en moins crédible, le comité local du MRAP
réuni le 12 février 2014 demande au Bureau exécutif de mettre à l'ordre du
jour de la prochaine Assemblée générale la question de l'évolution de la
position du mouvement sur la question palestinienne.
>
Tag(s) : #MRAP